jeudi 23 avril 2015

Jour #14 -Galapagos-Marquises

Le trou

Le trou de l’océan Pacifique…
Je vous gage que vous n’aviez jamais vu cet océan de cette façon…
Lorsqu’on s’éloigne des côtes, entre les Galapagos et les Marquises, il y a ce que j’appelle un trou… Un trou d’un peu plus de 2 semaines.

Dans ce trou, on se sent vraiment à l’autre bout du monde, loin des terres, loin de toute civilisation, loin de tout, tout simplement. En fait, je dirais même plus qu’on se sent au beau milieu de nul part. Il n’y a rien, juste de l’eau à perte de vue peu importe où tu regardes.
Pas de cargos, pas de bateau à moteur, que de rares voiliers qu’on sait s’y trouver mais qu’on n’a jamais aperçu.
Pas de dauphin, pas de baleine, pas de tortue, que des poissons volants et quelques petits calmars.
Pas d’avion dans le ciel, pas d’hélicoptère, pas de mongolfière, que des étoiles.
Dans ce trou, on est coupé du reste du monde. Tellement, qu’en cas de malchance, rien ni personne ne peut physiquement venir jusqu’à nous pour nous porter secours…
On est quand même chanceux, il ne reste que peu d’endroit comme celui-là sur la Terre et on est en plein dedans!

Dans ce trou, il y a de l’eau, des vagues et des nuages, c’est tout. Même pas de tempête, ni de vent violent, que du beau temps.
Et il y a aussi des créatures gigantesques, des mastodontes qui cassent nos hameçons ou qui partent avec nos leurres et nos lignes. Mais on ne les a jamais vu non plus… On va finir par croire qu’ils n’existent pas vraiment et que se ne sont que des légendes…

Mais dans ce trou, il y a une famille. Une famille bien ordinaire qui a décidé de réaliser un rêve extraordinaire. Une famille qui a à son bord un capitaine exceptionnel. Un capitaine qui sait comment mener le navire à bon port en toute sécurité avec sérénité, calme et enthousiasme. Un bon capitaine mais aussi et surtout, un père et un mari formidable!


De ce trou, on en sortira très bientôt… plus que quelques milles à parcourir… On commence à sentir l’odeur des croissants et des baguettes françaises chaudes!! (oui, oui, j’ai un très bon nez…!)
Mais ce qui est quand même étonnant, c’est que même au beau milieu de nul part, on a la possibilité de dire à nos familles et à nos amis qu’on les aime ☺!
On pense à vous en mangeant de la ratatouille ou de la gelé aux poivrons, on pense à vous en lisant vos emails ou vos lettres, on pense à vous en regardant les films de Mr. Bean ou la série « Les Parent », on pense à vous à toutes les fois qu’on winch en disant « chest-bras, chest-bras »…
Alors on vous aime et on vous remercie d’être un peu là avec nous… au beau milieu de ce nulle part…

Citation du jour (ne vous inquiétez pas, il n’y a aucune tempête en vue ☺!)

« À terre, même dans les moments les plus sombres, la vie recommence toujours le lendemain. En mer, lors d’une tempête, on éprouve un sentiment de piège pour l’éternité. » (Olivier DeKersauson)

1 commentaire:

  1. Merci pour ces pensées de marin dignes des plus grands navigateurs. Ça me rappelle une citation d'Isabelle Autissier (Pacifique Sud): «Il est le signe qu'un jour on a tutoyé son rêve, que l'on a pu, que l'on a su venir ici, dans ce bout du monde ou se rejoignent l'imaginaire et la réalité.»
    XXXXX Raymond

    RépondreSupprimer

Pour vous aider à publier votre commentaire, voici la marche à suivre :

Premièrement, il faut que votre browser accepte les cookies...
Pour ceux qui utilisent Safari, il faut aller dans le menu préférences de Safari, puis dans Privacy et sélectionner "accept third party cookies"

Ensuite,
1) Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
2) Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire
Sinon, vous pouvez saisir votre nom ou pseudo par Nom/URL
3) Vous pouvez, en cliquant sur le lien S'abonner par e-mail, être assuré d'être avisé en cas d'une réponse
4) Cliquez sur Publier enfin.

Voilà, c'est fait et merci!!!

Remarque : Seuls les membres de ce blogue sont autorisés à publier des commentaires.